Le Magazine En Ligne « Idées Pour La Maison » Vous Trouver Des Idées Et Des Solutions Originales, La Planification Du Projet Et La Conception De Votre Intérieur

Carnaval

Le carnaval, ou entrudo comme on l’appelle ce parti dédié au roi Momo, au milieu du XIXe siècle, était tout à fait primitif et primitif. Debret a peint les premières tentatives d'implantation de cette tradition importée des Açores, où ils ont joué avec des citrons en cire et de l'eau parfumée.

Il n'était pas rare que l'Empereur et ses ministres jouent avec des œufs pourris et des feuilles de verdure en trempant les riches robes de soie, de velours et de brocart. Dom Pedro II s'est lui-même retrouvé dans l'un de ces jeux, au milieu d'un réservoir d'eau, pour se divertir, et il a constaté que notre empereur était considéré comme un homme dur et parfois taciturne.

C'est à cette époque, en 1840, que le premier bal masqué, à forte influence française, a eu lieu à Rio de Janeiro. Mais dans les rues, la tradition était portugaise, avec beaucoup d’eau, de la farine et des groupes chantant dans les rues.

Le carnaval est devenu populaire dans tout le Brésil et a eu d'autres influences, à Bahia, par exemple, les Africains ont amené les Afoxé, des groupes de Noirs chantant dans le Nagô, vêtus de vêtements colorés et luxueux. Le frevo est apparu à Pernambuco en 1909, lorsque le peuple a associé la danse frénétique à quelque chose de bouillant qui a pris feu.

José Nogueira de Azevedo Paredes, fabricant de chaussures, a apporté une tradition connue sous le nom de "Zé Pereira" à Rio de Janeiro, depuis son pays situé au nord du Portugal. Zé Pereira a été formé par un groupe de carnaval qui, à la veille du carnaval, a défilé en annonçant la fête avec tambours, zabumbas et autres tambours faisant un bruit assourdissant et chantant:

"Viva le Zé - Pereira
Que personne ne fait le mal
Et vivre l'ivresse
Les jours de carnaval! "

Cet amusant Lusitanien a défilé pour la première fois en chantant cette marchinha en 1846.

Aujourd'hui, les défilés sont luxueux et ne rappellent ni les timides blocs de Zé-Pereira, ni ces fêtards déguisés en squelettes, qui portaient des masques et des vêtements du défunt pour pouvoir incarner parents et amis morts et faire semblant ils s'amuseraient aussi.

Joyeux Mardi Gras à tous nos amis dans le "Jardin des idées"!

Auteur: Raul Cânovas


Menu