Le Magazine En Ligne « Idées Pour La Maison » Vous Trouver Des Idées Et Des Solutions Originales, La Planification Du Projet Et La Conception De Votre Intérieur

Comportement Humain Et Végétal: Quelques Coïncidences

Il existe certains types de comportement chez les personnes qui, si nous y prêtons attention, se retrouveront également, au moins de manière essentielle, dans les plantes.

Comportement humain et végétal: quelques coïncidences: comportement

L'intolérance, par exemple, est une sorte de sentiment commun parmi ceux qui ont du mal à s'intégrer dans un contexte social, c'est-à-dire des personnes qui ne sont pas aptes à adapter leur mode de vie à celui des autres. Cette intransigeance peut conduire les hommes et les femmes à une solitude totale et à une auto-ségrégation dont l'apogée peut mener à des attaques de violence terrible.

En faisant une analogie entre les hommes et les arbres, je voudrais me concentrer sur les eucalyptus. Si quelqu'un s'arrête pour penser à cet arbre, vous verrez qu'il existe une similitude entre les personnes intolérantes et les eucalyptus: ces arbres ne supportent pas la proximité d'autres plantes. On remarquera à peine la présence d'arbustes, d'herbe ou de tout autre type de légume à proximité.

Lorsque j'ai besoin de créer un projet paysager dans une région où il y a déjà des eucalyptus, je préfère utiliser des roches ou d'autres matériaux de pavage car je sais que vivre avec ces arbres est extrêmement difficile, même les oiseaux évitent de se poser sur leurs branches.

Une autre caractéristique de cette espèce est la dureté de son bois, ce qui nous fait penser à des personnes qui, en raison de leur austérité et de leur inflexibilité, sont incapables de revoir leurs opinions, devenant excessivement amères et sévères. En raison de leur bois dur, ces eucalyptus sont parfois renversés par le vent et les tempêtes, précisément parce qu’ils n’ont pas cette adaptation nécessaire à la vie quotidienne. Depuis quelque temps, j'observe la coexistence d'un palmier et d'un eucalyptus qui poussent ensemble (pour une raison que je ne connais pas) près de chez moi, maintenant ils sont déjà immenses. L'eucalyptus, en raison de son arrogance, est un peu plus grand que le palmier, mais ce qui m'a surpris, c'est qu'ils semblent se combiner. Si, d’une part, on est constamment occupé à afficher sa puissance et sa grandeur, d’autre part, la souplesse et la souplesse du palmier sont remarquables. Qui sait, s’ils n’échangent pas d’opinions ou d’informations sur l’aventure de la vie, ni même sur une meilleure compréhension de la coexistence humaine?

Les coïncidences ne s'arrêtent pas là. Au sein d'une graine de jequitibá, aussi petite et fragile qu'il puisse paraître, se cache un arbre qui ne deviendra un véritable géant qu'avec l'aide de l'eau de pluie et un peu de patience. Un arbre, dont les branches les plus hautes touchent presque le ciel et dont les racines pénètrent profondément dans la terre, invincible face aux vents et aux tempêtes. De la même manière, combien de fois n’avons-nous pas vu un petit enfant sans défense? Quelques années plus tard, nous avons été surpris par un homme déjà fort et vigoureux. C'est pourquoi je pense que les plantes et les gens se ressemblent beaucoup. Bien sûr, je ne prétends pas tout expliquer, surtout parce que, malgré ces parallèles, certains me surprennent encore. La rose, par exemple, peut-on comprendre l'étrange arrangement de pétales rouges et veloutés qui nous séduisent par leur parfum, alors que leurs épines peuvent nous faire mal douloureusement? Si cela nous attire, cela peut aussi nous faire saigner.

Eh bien, il me reste encore beaucoup de questions également intrigantes, pour lesquelles je n’ai pas de réponses claires, et le plus important pour donner des réponses correctes est de poser les questions pertinentes. De cette façon, j'espère avoir soulevé d'importantes questions dans l'esprit de mes lecteurs et éclairer le chemin qui mène à la découverte de nombreuses autres coïncidences entre notre monde et le monde végétal.

Auteur: Raul Cânovas

Éditorial De La Vidéo: Les fins du monde - Mycéliums 10


Menu