Le Magazine En Ligne « Idées Pour La Maison » Vous Trouver Des Idées Et Des Solutions Originales, La Planification Du Projet Et La Conception De Votre Intérieur

Omar Et Les Palmiers Dattiers

Il a vécu dans la vallée du Drâa, dans le sud du Maroc. Comme ses ancêtres, il y a 6000 ans. C.

Omar et les palmiers dattiers: omar


Oasis de palmiers dattiers Ă  Draa

Son orgueil était d'appartenir au peuple berbère, d'être un Amazigh, c'est-à-dire un homme libre, comment traduire ce mot qui renferme un concept très large dans l'une des langues des Berbères. Il s'est vanté d'avoir dans sa cour les plus beaux palmiers dattiers que l'on puisse imaginer. Non pas qu'il les ait comparés à d'autres cultivés dans des régions éloignées du Maghreb, car son chameau ne l'enlèvera jamais, mais les Touareks, qui passaient parfois à travers leurs caravanes dans le village, ont loué les fruits de ces palmiers qui, comme lui-même avait "pieds dans l'argile et la tête dans le feu" se référant au fait de se développer grâce à l'humidité fournie par la rivière Draa, soutenant le soleil calcinante des après-midi, lorsque la température atteignait 50° à l'ombre. En fait, ces palmiers étaient spéciaux. Il y a plus de trois cents Phoenix dactylifera, bien qu’Omar ait aimé la variété "Deglet Noor", littéralement "doigt de lumière", comme l’appelait la reine des dattiers, le seul dont les fruits étaient vrais en miniature.

Omar et les palmiers dattiers: dattiers


Omar

Omar était un homme simple, d'une désaffection presque naïve par rapport à la vie quotidienne de l'habitant des villes de l'ouest. Il prenait soin de ses moutons et de ses chèvres, récoltait les fruits des trois oliviers plantés. Dieu sait quand et par qui, il pêchait parfois dans la rivière, plantait du maïs et cueillait des dates sur une échelle rudimentaire avec une scie et une corde, dans d'énormes boucles. Au milieu de cette oasis, il vécut sans aucune affectation, mais avec le plus grand confort de ce bonheur hérité de ses ancêtres.

Omar et les palmiers dattiers: dattiers

Un jour, un étranger nommé Jean lui raconta une histoire dont le protagoniste était Ariq ibn Ziyad al-Layti, ou simplement Tarik "Le Pégger", général berbère qui dirigea l'invasion de l'Espagne par les Maures au VIIIe siècle. Le Français lui a dit que l'homme était courageux et que les Wisigoths qui habitaient la péninsule ibérique ne pourraient pas contenir l'impulsion de l'armée de Tarik, se rendant à la fin d'un combat sanglant. Omar avait écouté le récit, fasciné, pendant que sa femme leur servait du shua, un plat à base d'agneau, accompagné de thamrikt, une purée de haricots à l'huile d'olive.

Omar et les palmiers dattiers: Ă©tait


Nombre de dates

Les années passèrent, veuf Omar, ses fils sont allés vivre à Marrakech, des choses de garçons modernes, dit-il et a finalement vieilli. Un vieux berbère qui n'avait jamais oublié cette histoire racontée par un étranger avec des vêtements étranges et un accent différent. Elle n'avait jamais compris pourquoi quelqu'un quitterait son pays pour conquérir un autre étranger, totalement inconscient de ces choses de tous les jours. Comment pourrait-il organiser Tarik et son peuple pour soigner un rhume ou réduire la fièvre, ou contrôler la diarrhée sans les dates précieuses qui, en plus d'être délicieuses, étaient indispensables dans la médecine domestique qu'il connaissait si bien. Omar devint un homme sage dans sa simplicité, car il avait compris que la plus grande réussite était de contempler son oasis de palmiers dattiers. Pourquoi courir à cheval derrière des horizons inaccessibles? Pourquoi poursuivrait-il des chimères inconnues?

Le trésor d'Omar était dans son cœur, il n'avait pas besoin de gagner quoi que ce soit de plus précieux… il ne devait que le préserver.

Auteur: Raul Cânovas


Menu