Le Magazine En Ligne « Idées Pour La Maison » Vous Trouver Des Idées Et Des Solutions Originales, La Planification Du Projet Et La Conception De Votre Intérieur

La Révolte De La Planète En Japonais

C'est peut-être une conséquence naturelle de l'accommodation des plaques tectoniques. Est-ce tout?

La révolte de la planète en japonais: japonais

L'Université de Tokyo, l'une des 20 plus prestigieuses au monde, affirmait déjà il y a presque quatre ans dans ses études qu'il existait une grande friction entre la plaque des Philippines et la plaque Eurasia, sur lesquelles se trouve l'île Honshu, la plus grande du Japon. les villes les plus durement touchées telles que Fukushima, Sendai et Miyaho. Selon les chercheurs, ces plaques se déplacent à une vitesse de 3 centimètres par an, créant un danger de tsunamis et de tremblements de terre. Malgré les informations communiquées par la Garde côtière japonaise et les diverses enquêtes déjà menées, il convient de prendre en compte d'autres facteurs pour analyser les événements récents survenus au pays du soleil levant.

Dans cette région, les villes ont été installées sur d’autres très anciennes, possédant des structures fragiles, comme le souligne Anne Whiston Spirn, dans son livre "Le jardin de granit". Le sol était un réceptacle de toutes sortes de déchets humains laissés par les prédécesseurs. La topographie a été modifiée à plusieurs reprises, nivelant les collines, ancrant le fond des vallées et détournant les cours des rivières. La surface du sol et le substrat rocheux sont artificiellement reliés par des tunnels, des puits et des fondations à l'origine des bâtiments et des trottoirs. Selon la même source, le retrait des eaux souterraines a provoqué le naufrage de 77 km² de la baie de Tokyo à 2 m en dessous du niveau de la mer, ce qui risque de faire subir à 2 millions de personnes les conséquences des ouragans et des inondations. La rupture des digues, construite autour de cette zone, par un tremblement de terre ou un tsunami, serait tragique.

La révolte de la planète en japonais: grande


Anne Whiston Spirn, auteur du livre "The Granite Garden"

Les villes dégradant les ressources géologiques, notamment avec l’ouverture de carrières pour l’extraction de gravier, de gravier et de sable, utilisées à 95% dans l’asphalte des parkings et des routes et à 75% dans le béton des constructions, déstabilisent les sols urbains en altérant leur apparente solidité., puisque le pays compte 67 volcans entre actifs et dormants. Les mouvements continus du sol produisent des glissements de terrain et de l'érosion, qui coulent ou gonflent la surface des métropoles, qui sont plus vulnérables que les régions rurales.

Le séisme de 2007 à Niigata, qui a atteint une magnitude de 6,8 sur l'échelle de Richter, a fait neuf morts et plus de 1 000 blessés et ravivé la peur de la sûreté nucléaire à la suite de la découverte d'un grave incendie et de fuites radioactives dans l'usine. de Kashiwazaki-Kariwa, l’un des plus grands au monde.

Je n’exclus pas les causes naturelles, mais le risque d’accidents géologiques est en grande partie dû à l’absence d’analyse plus approfondie et moins spéculative lors de la construction dans des zones de défaillance active, de vieux dépôts de déchets avec des sols, des pentes ou de vieilles carrières contaminés.

Le Japon compte 337 habitants. par km², un nombre très élevé comparé au nôtre, qui est de 22 hab / km², pas moins de 15 fois supérieur à celui du Brésil. C'est peut-être pour cette raison que leur histoire environnementale, après la Seconde Guerre mondiale, a été minimisée par les entreprises et les industries gouvernementales. Conséquence inévitable, la pollution de l’environnement a augmenté entre 1950 et 1960. Préoccupé par le problème, le gouvernement japonais a adopté une série de lois sur la protection de l’environnement en 1970 et créé le ministère de l’Environnement en 1971.

La révolte de la planète en japonais: japonais


Forêt à Asaka

Aujourd’hui, le Japon, avec une instable et pleine d’énergie où se produisent mille séismes chaque année, est l’un des leaders mondiaux dans le développement de nouvelles technologies durables et se prépare à forcer l’industrie à réduire ses émissions de gaz à effet de serre, en supposant le rôle de leader d'un pays qui respecte les obligations du protocole de Kyoto. Dans le classement 2010 de la performance environnementale, les Japonais se classent au 20ème rang mondial. Sa superficie forestière vierge, ou replantée, couvre 70% de son territoire, la préservation n’est comparée qu’aux pays scandinaves.

Espérons qu'ils puissent parler plus et mieux avec une nature qui a été si dégoûtée ces derniers temps.

Auteur: Raul Cânovas


Menu